Audrey Thonard (1)

Audrey THONARD

Biographie :

Maitre de conférence à la faculté de philosophie et de lettres de l´Université de Liège, Audrey Thonard y contribue à la gestion de l´utilisation et de l´intégration de l´enseignement en ligne dans les différentes activités de l´ISLV (Institut Supérieur des Langues Vivantes) depuis 2007.

Elle intervient dans de nombreux colloques, conférences, ateliers, sur des sujets divers et variés, mais toujours en lien avec le numérique, tels que le numérique au service de la classe, un MOOC dédié à la didactique du FLE, le développement de la compétence scripturale en français langue seconde et étrangère à l’université à l’aide des TIC ou encore l´auto-évaluation en ligne.

https://www.islv.uliege.be/cms/c_13478224/fr/islv-catalogue-des-formations-a-l-attention-des-collegues-etrangers

Intervention :

Conférence#2 : «  Le numérique dans la classe : pourquoi et comment ? »

Lors cette conférence, vous serez invité.e.s à réfléchir aux apports et aux limites du numérique dans la classe de français et aux changements de posture, de méthodes, de pratiques et de stratégies entraînées par les nouvelles technologies. Vous échangerez autour une série d’idées reçues sur le numérique, concernant la motivation des apprenants et leur autonomie par exemple. Vous découvrirez de nombreuses ressources pour l’enseignement/apprentissage du français (de France mais aussi de Belgique !) ainsi qu’une sélection d’outils exploitables dans la classe de FLE pour créer vous-mêmes des activités originales visant à développer toutes les macro-compétences.



Bernard Cerquiglini

Bernard CERQUILIGNI

Biographie :

Universitaire, Bernard Cerquiglini fut professeur aux universités de Paris, Bruxelles et Bâton Rouge, directeur de l’Institut national de la langue française (C.N.R.S.) ; il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages, dont L’Accent du souvenir et L’invention de Nithard aux Editions de Minuit, Le Ministre est enceinte et Un Participe qui ne passe pas, aux Editions du Seuil. Il publie cette semaine Les mots immigrés, co-écrit avec Erik Orsenna (Stock). Haut-fonctionnaire, il fut notamment Délégué général à la langue française et aux langues de France, recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie. Il est membre de l’Ouvroir de littérature potentielle (Oulipo), et auteur-présentateur de l’émission « Merci Professeur » (TV5Monde).

Accueil – Bernard Cerquiglini

Intervention :

Conférence #6: “Féminiser la langue française »

Féminiser les fonctions et les métiers ne pose aucun problème de langue ; la morphologie fonctionne.  Durant des siècles, une femme était boutonnière, estuveresse, marchande, comme elle fut écrivaine ou ambassadrice jusqu’au XVIIIe siècle. C’est un problème social : à partir des années 1700, Les professions ou fonctions « éminentes » ayant été fermées aux femmes, les formes féminines tombèrent en désuétude ou reçurent un emploi conjugal. Le mot ambassadrice est défini par la première édition (1694) du dictionnaire de l’Académie française comme « dame envoyée en ambassade » ; par la deuxième (1718) comme « la femme d’un ambassadeur ». Quand les femmes obtinrent (tardivement) l’accès à ces professions, le féminin étant conjugalisé, on eut d’abord recours au masculin, au risque du barbarisme (« Mme l’ambassadeur » ; « L’ambassadeur est sortie ») ou de l’incongruité (« L’ambassadeur est enceinte »). En deux générations (tout de même ; et les polémiques furent violentes), l’affaire était réglée : le mouvement de féminisation, issu du Québec, était généralisé, le féminin devenu la norme pour des professions et fonctions occupées par des femmes (« L’ambassadrice représente son pays »), l’Académie française enfin convaincue, la langue rendue à son libre fonctionnement.

Cette lutte féministe avait servi et illustré la langue française.  Il convient de le garder en tête quand on entreprend, plus généralement, d’exprimer la parité dans son énoncé.  Faut-il toujours exprimer la dualité de genre d’un groupe humain ? C’est toute la question du masculin générique (« Les voyageurs sont priés de descendre »). Les moyens linguistiques suffisent-ils, quand cette expression s’impose (« Les candidates et les candidats ») ? C’est toute la question d’une typographie spéciale (dite « écriture inclusive »), de ses conditions d’emploi, de son rapport problématique à la langue.


 

Christian Puren (1)

Christian PUREN

Biographie :

Didacticien des langues-cultures, spécialiste en espagnol et en français langues étrangères, Christian PUREN est Professeur émérite de l’Université de Saint-Étienne (France) depuis sa retraite en septembre 2008.

Christian Puren a publié depuis le début des années 80 quelque 200 articles dans une vingtaine de revues françaises et étrangères, et de nombreuses collaborations dans des ouvrages collectifs. Le centre de gravité de ses travaux est une conception de la discipline en tant que “didactique complexe des langues-cultures ayant une visée “interventionniste”, à savoir l’amélioration de l’apprentissage des langues.

C’est au titre, dont il se réclame, de “didacticien généraliste”, qu’il a abordé dans ses travaux de très nombreuses thématiques, par exemple (et par ordre alphabétique) : l’analyse de manuels, l’autonomie, la compétence culturelle, les documents authentiques, la formation des enseignants, l’évaluation, la littérature, l’observation de classes, la pédagogie différenciée, la pédagogie de projet. Depuis la publication du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues en 2000, il a privilégié la question de la conception et mise en œuvre de la perspective actionnelle, en y appliquant les mêmes principes de la “didactique complexe des langues-cultures”.

https://www.christianpuren.com/

Intervention :

Conférence #4: Innovation technologique, innovation didactique et perspective actionnelle : quelles stratégies pour un changement durable des pratiques?” :

Résumé :

Ce titre amènera à développer trois problématiques distinctes mais étroitement liées entre elles. (1) Comment doit-on penser et gérer la relation entre innovation technologique et innovation didactique ? : par exemple certains considèrent que la première génère par elle-même la seconde, ou du moins la provoque immanquablement ; d’autres, qu’il faut qu’il y ait convergence entre l’une et l’autre, qu’elles se rencontrent pour se mettre en cohérence et en synergie. (2) Quelles sont les (très nombreuses) convergences entre la perspective actionnelle et les environnements numériques – en y incluant le réseau numérique, le Web – qui font de cette nouvelle méthodologie le moyen adéquat de formation d’un acteur social dans un monde numérique interconnecté ? (3) A quelles conditions peut-on espérer dépasser le stade des constantes et innombrables innovations par expérimentations plus ou moins individuelles, locales et ponctuelles, pour parvenir à un changement durable, c’est-à-dire généralisé et pérenne, des pratiques quotidiennes des enseignants et des apprenants dans les salles de classe ?


 

Foto Cynthia Eid (1)

Cynthia EID 

Biographie : 

Cynthia EID est Présidente de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF) et Chevalier dans l’ordre des Palmes académiques.  

Elle est présentement doyenne de l’École de formateurs et Directrice de la pédagogie et de l’Innovation au sein du Groupe IGS. Cynthia EID est également professeur de didactique et de FLE/S et est passionnée par l’enseignement.  Elle a exercé au Canada francophone et anglophone, aux États-Unis, en France et au Moyen-Orient.  

Elle a aussi occupé des postes administratifs : Directrice de l’École française de Middlebury aux États-Unis, Conseillère pédagogique au Vice-rectorat adjoint aux études, services de soutien à l’enseignement, Université de Montréal, Canada, et Vice-Présidente aux relations internationales au Liban.  Elle est auteure de plusieurs ouvrages et articles en pédagogie. 

https://eidcynthia.wixsite.com/cynthia  

http://fipf.org/  

Intervention : 

Conférence #1 inaugurale : “Le français, la langue que nous avons en partage” 

Résumé : 

Le français, perçu du point de vue de ceux qui, sur les cinq continents, le pratiquent, n’est pas seulement une langue « en » partage mais une langue « de » partage, c’est-à-dire une langue qui, du fait de son histoire, de son extension géographique et de son dynamisme, favorise particulièrement le partage : partage des langues ; partage de patrimoine, partage de valeurs, des cultures et des littératures, d’innovations didactiques et pédagogiques ; etc.

 C’est cette même francophonie plurielle dans un monde plurilingue qui s’accepte qui fait notre trait d’union mondial. Plus de 300 millions de passionné.e.s de cette langue que nous avons en partage.

L’avenir de la francophonie dépend des réponses que chaque enseignant.e dans le monde donne à cette question sans cesse répétée : « pourquoi apprendre le français ? », et du combat qu’il pourra mener pour maintenir des cours de français au programme de son école, de son institut, de son université, pour y attirer et y garder des étudiants.

 En nous basant sur « le plaidoyer pour l’enseignement de la langue française de la FIPF » (2017) et sur « Une ambition pour la langue française et le plurilinguisme » du Président Macron (2018), nous verrons dans cette conférence une ressource d’arguments que chaque enseignant.e pourra sélectionner, adapter, préciser, compléter en fonction de sa situation, des circonstances et de son public.


 

François Mangenot (1)

François MANGENOT

Biographie :

Enseignant-chercheur en sciences du langage et didactique des langues à l´Université Grenoble Alpes, François Mangenot a déjà assumé diverses casquettes, notamment formateur de formateurs, maître de conférences à l’université Stendhal-Grenoble 3. Responsable du département de FLE (1999-2001), professeur des universités à l’université de Franche-Comté. Responsable du DESS « Ingénierie pédagogique dans des dispositifs ouverts et à distance », Responsable du master professionnel « Ingénierie de formation multimédia en langues », ou encore chargé de mission TICE et FAD de l’université Stendhal – Grenoble 3.

Les travaux de François Mangenot portent depuis plus de 25 ans sur le domaine de l´exploitation des TIC dans l´enseignement des langues.

https://lidilem.univ-grenoble-alpes.fr/membre/francois-mangenot

Intervention : 

Conférence #3 : “Le tutorat dans les cours de langue en ligne” :

Résumé :

Le tuteur peut être amené à remplir différentes fonctions, selon les caractéristiques du cours en ligne qu’il encadre, cours tout à distance ou hybride, cours à dominante orale synchrone (visio) ou écrite asynchrone. Ces fonctions seront passées en revue et discutées, avec de nombreux exemples d’interactions en ligne. Puis sera abordée la question de la spécificité du tutorat en langue, notamment en ce qui concerne les échanges entre pairs et la correction des erreurs.


 

michaud gabriel (1)

 Gabriel MICHAUD

Biographie:

Gabriel Michaud est Professeur adjoint à la Faculté des Sciences de l´éducation de  l´Université de Montréal, expert en Enseignement des langues basé sur la tâche/Approche actionnelle, en Didactique de la grammaire, langue seconde, en Didactique du vocabulaire, langue seconde, en Didactique de la lecture, langue seconde et en Francisation.

Intervention:

Conférence #7: “La rétroaction corrective écrite en ligne et en temps réel : possibilités pour la classe de FLE”

Résumé:

L’avènement de logiciel d’édition collaborative numérique comme Google Docs ou Word Online permet de nouvelles pratiques pédagogiques, dont la prestation d’une rétroaction corrective écrite synchrone à des élèves qui sont engagés dans une tâche d’écriture. Dans cet atelier, nous présenterons les résultats d’une étude qui a visé à explorer les possibilités de mise en œuvre de cette pratique en salle de classe ainsi que les perceptions des élèves et des enseignants à cet égard. Nous discuterons des façons optimales d’avoir recours à cette pratique pour les cours de FLE.


 

Photo Hédi Saïm (1)

Hédi SAïM

Biographie:

Directeur du Festival de cinéma francophone de Málaga et professionnel du secteur culturel, Hédi Saïm est depuis 3 ans directeur de l’Alliance Française de Málaga. Avec son équipe il a contribué à la conception du guide de la comodalité en 2020. L’Alliance Française de Málaga a été l´une des premières institutions du réseau mondial à avoir testé et implanté cette modalité d´enseignement de la langue française en pleine pandémie de COVID-19.

Intervention:

Conférence #5: “L´enseignement en comodalité “

Résumé:

La crise mondiale de la COVID a profondément impacté les centres de langues, qui ont notamment dû adapter leur offre aux contraintes inédites imposées par le contexte sanitaire. La dématérialisation des cours (classes virtuelles) s’est ainsi massivement imposée en réponse aux périodes de confinement, permettant d’assurer une continuité pédagogique et de maintenir la viabilité économique des établissements. Avec le retour progressif et parfois timide au présentiel, marqué par des restrictions (jauge des salles, port du masque, etc.) et un environnement encore incertain, l’enseignement en comodal – gestion synchrone d’un groupe classe en présentiel et à distance – se développe depuis plus d’une année. Cette nouvelle modalité d’enseignement pose de nouveaux enjeux, pour l’établissement, les enseignants et les apprenants. A partir d’exemples du réseau des Alliances Françaises, cette intervention se proposera d’aborder la comodalité sous ses différents aspects et d’en présenter les principaux avantages et inconvénients.



Jorge Forbes 2 (1)

Jorge FORBES 

 Biographie: 

Jorge Forbes est psychanalyste et psychiatre. Docteur en Théorie Psychanalytique,  Docteur en Sciences, il est membre analyste de l’École brésilienne de psychanalyse et de l’École européenne de psychanalyse. Et membre de l’Association Mondiale de Psychanalyse (AMP). 

Il fut l’élève à Paris de Jacques Lacan, Michel Foucault, Lévi-Strauss et Roland Barthes. 

Il préside l’Institut de Psychanalyse Lacanienne – IPLA et dirige la Clinique de psychanalyse du Human Genome Center – USP. Auteur de plusieurs articles et livres et lauréat du Prix Jabuti, il a également reçu l’Ordre des Palmes Académiques, de France. 

Créateur et présentateur du programme TERRADOIS pour TV Cultura, son émission a été récompensée par l’APCA (Associação Paulista de Críticos de Artes) comme meilleur programme télévisé brésilien en 2017. 

Depuis plus de 30 ans, il étudie les effets de la révolution technologique que nous avons traversée sur la subjectivité humaine. 

 http://www.jorgeforbes.com.br/  

 Intervention : 

 Conférence #8 de clôture : TERRADOIS – : “O Novo A-Normal : os efeitos do novo digital na subjetividade humana” (Le Nouveau A-Normal : les effets du nouveau numérique sur la subjectivité humaine) 

Conférence en portugais, avec traduction en français 

Résumé :  

Já estamos vivendo em TERRADOIS.

Sem nos darmos conta, fomos de um planeta ao outro, na maior revolução do laço social dos últimos 2500 anos. Temos vários nomes para essa passagem, tais como globalização e pós-modernidade.

TERRADOIS é igual à TERRAUM, geograficamente, e seus habitantes são muito parecidos. Só. A partir daí, tudo é muito diferente. Do nascimento à morte, passando por todas as etapas da vida: educar, estudar, amar, casar, trabalhar, procriar, profissionalizar, divertir, aposentar, tudo é radicalmente diferente.

Necessitamos de uma reflexão que mostre, elucide, convide à fantástica experiência de estabelecer novas formas de viver e se relacionar, tanto no nível do indivíduo, como no das instituições. TERRADOIS não pode continuar sendo vista como uma terrível ameaça, mas ao contrário, ela é uma enorme chance para a humanidade se reinventar.

TERRADOIS deve ser do nosso desejo e responsabilidade.


 

Marc Loyat

Marc LOYAT

Biographie :

Des CDRoms à l’intégration continue, Marc Loyat a entamé le millénaire comme professionnel du numérique. Après plus de 20 ans en tant que développeur, lead dev puis directeur technique, c’est l’urgence des crises environnementales qui le décide à accélérer sa propre transition, personnelle et professionnelle. Habité par l’envie de transmettre et d’expliquer, il se consacre désormais à sensibiliser au numérique responsable et à la transition sociétale en général.

 Intervention:

Conférence #7: “ Le numérique sous le regard du développement durable ”

Résumé:

Le numérique nous permet chaque jour de réaliser des prouesses inconcevables quelques décennies en arrière. La crise de la COVID et l’explosion des classes virtuelles nous l’ont encore confirmé. Mais le numérique est-il réellement dématérialisé ? Sa croissance économique se fait-elle sans impact sur l’environnement ou sur les personnes ? Marc Loyat nous propose d’élargir notre vision du numérique en empruntant le point de vue du développement durable afin de mieux percevoir l’intérêt des solutions apportées par le numérique responsable.


 

Mikael De la Fuente (1)

Mikael DE LA FUENTE

Biographie:

Actuellement responsable Organisation du réseau et Partenariats au sein de la Fondation Alliance Française, Mikael De la Fuente a occupé des postes de direction dans diverses Alliances Françaises du réseau mondial et a également été en charge de missions culturelles. Durant ses 3 années en tant que coordinateur des Alliances Françaises d´Espagne, il a notamment coordonné la conception du guide de la comodalité en pleine pandémie de COVID-19.

 

 

Régua de Logos_v5